La mortalité des poissons [– un problème complexe]
18 | 05 | 2020 SchweizText: Tomasz Sikora 14294
18 | 05 | 2020 Schweiz
Text: Tomasz Sikora 1 4294

La mortalité des poissons – un problème complexe

Si une masse d'eau est polluée, cela signifie souvent une perte totale pour la population concernée. Malheureusement, il s'agit d'une triste normalité en Suisse ; en moyenne, un décès de poisson est documenté dans ce pays tous les deux jours. 


L'année en cours n'avait que quelques heures d'avance lorsque la première gülleunfall de 2020 s'est déjà produite à Hauptwil, en Suisse orientale. Quelques semaines plus tard, un article du Tagesanzeiger fait état d'un accident de lisier particulièrement grave dans le canton de Zurich. Dans de tels cas, la pression sanguine de l'un ou l'autre pêcheur est susceptible d'augmenter, comme le montrent de temps à autre les lettres à l'éditeur dans les journaux locaux. Ils parlent parfois d'un "désordre monstrueux". Dans les cas où le lisier de porc est réellement en cause, une telle remarque revêt naturellement une ironie particulièrement tragique. D'autre part, les agriculteurs ne sont pas non plus frileux et peuvent réagir de manière assez irritante à ce sujet, comme l'ont constaté les journalistes du Tagesanzeiger lorsqu'ils ont voulu parler de l'incident aux agriculteurs du ravin concerné. 


Un poisson tué tous les deux jours

Une raison suffisante pour aller au fond des choses dans toute la Suisse. "Entre 1990 et 2017, environ 178 décès de poissons par an ont été signalés dans toute la Suisse, ce qui signifie qu'il y a en moyenne un décès de poisson tous les deux jours en Suisse", explique Diego Dagani, chercheur à la section Habitat aquatique de la division Espèces, écosystèmes, paysages de l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) à la demande de "Petri-Heil". Si cette pollution de l'eau dans le canton de Zurich est principalement due aux chantiers de construction, selon le Tagesanzeiger, il semble en être autrement dans toute la Suisse. Diego Dagani : "La plupart des mortalités de poissons sont causées par l'apport de lisier (22%), suivi par les eaux usées domestiques-industrielles (10%), l'apport d'huile ou de solvants organiques (10%) et les eaux de ciment (5%). 28% sont dus à un plus grand nombre de causes mineures différentes, et pour environ 20% des mortalités de poissons, la cause reste inconnue. 5% sont dus à des causes naturelles, telles que la sécheresse ou les coulées de débris." L'agriculture est-elle finalement à l'origine de la plupart des mortalités de poissons en Suisse ? 


Les autorités se contredisent

Interrogée par "Petri-Heil", Florie Marion, de l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG), répond : "Nous ne pouvons malheureusement pas confirmer la déclaration de l'OFEV." Selon Florie Marion, l'agriculture joue certainement un rôle dans la mortalité des poissons et c'est regrettable. Elle souligne toutefois que l'OFAG ne dispose d'aucun résultat scientifique sur le sujet : "Que l'agriculture porte l'entière responsabilité devrait être prouvé par une étude." Thomas Jäggi, de l'Union suisse des paysans, répond de la même manière : "Nous ne pouvons pas confirmer la déclaration de l'Office fédéral de l'environnement que vous avez mentionnée, selon laquelle l'agriculture est la principale cause de mortalité des poissons en Suisse." Jäggi se réfère aux statistiques de la police de l'environnement du canton de Lucerne, dont l'élevage est supérieur à la moyenne et qui est donc depuis longtemps considéré comme un canton à problèmes. Au 1er avril 2020, les statistiques montrent qu'après un pic de 18 décès de poissons en 2016 (dont 10 causés par l'agriculture), le nombre total de décès de poissons et aussi la proportion de décès de poissons causés par l'agriculture ont sensiblement diminué ces dernières années dans le canton de Lucerne.  L'année dernière, par exemple, on comptait encore 8 mortalités de poissons sur le territoire du canton de Lucerne (dont 2 étaient dues à l'agriculture), alors qu'aucune mortalité de poissons liée à l'agriculture n'a été enregistrée jusqu'à présent cette année. La diminution observée ces dernières années est notamment due au succès de la campagne "Ufpasse bim Gülle" de l'association des agriculteurs lucernois et à l'augmentation massive du taux de détection de la pollution des eaux dans le canton de Lucerne. "Ce n'est que dans le cas d'incidents de pollution individuels que le pollueur ne peut toujours pas être identifié", précise M. Jäggi.


La mortalité des poissons n'est pas la même chose que leur déclin

Face à ces informations contradictoires, "Petri-Heil" se tourne vers l'Institut de recherche sur l'eau de l'Eawag, à l'ETH, dans l'espoir d'obtenir des éclaircissements. Le Centre de conseil sur la pêche FIBER, affilié à l'Eawag, est au moins en mesure de faire la lumière sur cette affaire. Elle confirme les informations de l'OFEV : "Selon un dossier de l'Office fédéral de l'environnement, le lisier est la principale cause de mortalité aiguë des poissons en Suisse. Dans le même temps, il émet toutefois une réserve : "Il n'est toutefois pas possible de dresser un tableau général d'un seul secteur économique ou d'une seule influence environnementale comme étant principalement responsable de la mortalité et du déclin des poissons en Suisse. La mortalité aiguë des poissons causée par le lisier et d'autres pollutions touche particulièrement les poissons des petits plans d'eau en raison de l'effet de dilution très faible et de l'absence de voies de fuite. Le déclin des poissons, quant à lui, touche souvent de grandes masses d'eau altérées par diverses influences négatives." Ainsi, comme souvent, le diable se cache dans les détails. Il est vrai que dans toute la Suisse, l'agriculture continue de provoquer les mortalités de poissons les plus graves. Cependant, on ne peut pas dire que la diminution générale des stocks de poissons dans les cours d'eau suisses soit uniquement due à l'agriculture. FIBER explique : "Il y a 20 ans, un projet sur le déclin des poissons en Suisse a été lancé. Il est apparu que les facteurs individuels isolés ne sont pas responsables, mais qu'une interaction de diverses influences est décisive et que celles-ci ont également des effets différents sur les différents types de plans d'eau et d'espèces de poissons."


Resserrement prévu

En résumé, on peut dire que si l'agriculture joue un rôle important dans la mortalité aiguë des poissons, elle ne peut être tenue pour responsable du déclin général des stocks de poissons dans les cours d'eau suisses. Afin de réduire le nombre d'accidents liés au lisier en Suisse, qui reste néanmoins problématique, l'OFEV prend de nouvelles mesures, comme l'indique Diego Dagani : "Nous prévoyons de publier en 2020 une aide à l'exécution qui uniformisera et renforcera le calcul du dommage à imputer au pollueur au niveau national". Cette méthode ne tiendra pas seulement compte de la perte de rendement et des mesures de repeuplement des espèces importantes pour la pêche, comme c'est le cas actuellement, mais aussi de toute la diversité des espèces de poissons et de crustacés ainsi que des mesures de restauration des habitats." Nous pouvons donc attendre avec impatience les résultats de ce guide d'application.

 

1 Commentaires


Tony B

15 | 04 | 2022

Ich hoffe das dies endlich mal eine ordentliche sowie ökologische Lösung dafür entsteht. Angeln ist einfach die Entspannung die ich seit drei Wochen für mich entdeckt hab…


Rédigez un commentaire :

Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :