Composés fluorés toxiques [- pas seulement dans le fart de ski]
25 | 02 | 2021 SchweizText: zvg | Nils Anderson 32767
25 | 02 | 2021 Schweiz
Text: zvg | Nils Anderson 2 2767

Composés fluorés toxiques - pas seulement dans le fart de ski

Depuis quelque temps, des composés fluorés toxiques sont (co)responsables de la diminution des poissons dans les lacs de l'Engadine. Ces composés se retrouvent dans l'eau principalement par le biais du fart des skieurs de fond. Comme le rapporte le magazine "Beobachter", ce sont des poisons à longue durée de vie et beaucoup plus répandus qu'on ne le pensait.


Les PFAS (composés per- et polyfluorés alkylés) sont des composés chimiques particulièrement persistants, utilisés depuis des décennies dans une multitude de produits. Ces chaînes de carbone contenant des atomes de fluor font partie des composés chimiques les plus stables que l'homme ait inventés. Les PFAS sont résistants à la saleté, à l'eau et à la graisse et ne sont détruits qu'à 1000 degrés Celsius, ils sont donc très appréciés dans l'industrie. On les trouve ainsi dans les mousses anti-incendie, les vêtements de plein air, le fil dentaire, les lubrifiants et même dans le fart de ski. Une fois dans l'environnement, ils ne se dégradent pratiquement plus, se répandent presque partout avec le vent et l'eau et s'accumulent dans les organismes. Plus les animaux sont élevés dans la chaîne alimentaire et plus ils vieillissent, plus la concentration de composés fluorés est importante. Il n'est donc pas surprenant qu'ils s'accumulent le plus dans notre corps. Or, certains de ces composés sont toxiques, et on pense que les PFAS sont responsables d'une augmentation du cholestérol, d'effets négatifs sur la thyroïde, d'une diminution du poids des bébés à la naissance et d'une augmentation du risque de cancer. Le PFOA (acide perfluorooctanoïque) et le PFOS (acide perfluorooctanosulfonique) sont les deux composés fluorés les plus connus et les plus dangereux, le premier étant utilisé pour le fart de ski.


Le lac de Sils particulièrement touché

Chez les poissons, ces composés s'accumulent principalement dans le foie et dans les organes sexuels. Afin de déterminer dans quelle mesure les composés fluorés sont responsables du recul des poissons dans les lacs de l'Engadine, les abats de cent poissons ont été analysés en laboratoire. Trois échantillons provenant du Lago Bianco, au col de la Bernina, ont été testés en tant que référence pour les lacs de l'Engadine, étant donné que ce lac n'est pas influencé par la pratique du ski. Dans les échantillons provenant des lacs de l'Engadine, plus d'un quart des abats contenaient des PFOA, contre près d'un sur deux pour les échantillons provenant du lac de Sils, où a lieu le marathon de ski. Les ombres présentent des concentrations particulièrement élevées, tandis que les truites de petite et moyenne taille ont tendance à présenter des valeurs plus faibles.

La couleur indique le niveau de contamination des abats testés par le PFOA.    (Source : Bündner Fischer)


Les soupçons semblent se confirmer

Si l'on examine les composés trouvés, "la cause du cirage semble clairement établie", comme l'écrit Alexandra Fröhlich du KFVGR dans la dernière édition du "Bündner Fischer". Les composés montrent qu'ils ne proviennent pas de vêtements d'extérieur ou d'imprégnation de chaussures. Il s'avère également que les animaux âgés présentent une valeur de contamination plus élevée. Il n'est donc pas prouvé que le PFOA soit directement responsable du déclin des poissons. Néanmoins, il semble que les mentalités évoluent lentement en ce qui concerne le PFOA. Ainsi, le fart contenant du PFOA ne peut plus être utilisé lors des courses officielles, mais il est toujours disponible pour tous les amateurs, car la politique s'oppose ici aussi à une interdiction de principe. Comme le ski de fond peut être considéré comme un sport de masse dans notre pays, ce n'est pas une bonne nouvelle pour le moment.


Interdire complètement les PFAS ?

Les composés fluorés sont toujours indispensables dans certains domaines d'application, comme les puces informatiques ou les bagues d'articulation dans la construction automobile. Plusieurs pays européens veulent désormais interdire l'utilisation des PFAS et n'accorder que des autorisations exceptionnelles, ce qui - sans surprise - est rejeté par l'Association suisse des industries chimiques et pharmaceutiques. L'"Association des médecins pour la protection de l'environnement" voit les choses tout autrement : "Ces substances doivent être immédiatement retirées de la circulation. (...) Elles sont tellement problématiques et dangereuses pour les hommes et les animaux que cela aurait dû être fait depuis longtemps", comme l'indique leur directeur Martin Forter au "Beobachter".

 Les ombres des lacs de l'Engadine sont particulièrement contaminés par les PFAS. © André Suter

Les ombres des lacs de l'Engadine sont particulièrement contaminés par les PFAS. © André Suter

3 Commentaires


Martin

27 | 02 | 2021

Also wenn es Skiwachs gibt, wo diese Wirkstoffe nicht enthalten sind, sollte es doch keine grosse Sache sein, dies umzurüsten bzw. nur noch Skiwachs ohne PFOA in den Geschäften anzubieten. Wieso macht man das nicht einfach?

Réponses à: Martin

Langläufer

11 | 03 | 2022

Gibt es schon und schon seit je, ist aber halt langsamer.

Daher wirkt nur ein Verbot und Kontrollen bei Rennen.

Aber es gibt halt auch wenig Einsichtige, welche die Umsetzbarkeit infrage stellen: https://www.derbund.ch/sport/die-langlaufwelt-steht-kopf-ausloeser-ist-gian-franco-kasper/story/13994898

Gut, dass dies endlich untersucht wurde: Bislang war nich klar, ob die Mengen, die in der Natur vorkommen, überhaupt eine schädliche Konzentration haben können. Dies scheint nun offensichtlich bewiesen worden zu sein.

Wichtig ist aber dennoch nach verschiedenen Fluorverbindungen zu unterscheiden. Nicht alle sind gleich schädlich und nicht alle bauen sich gleich schlecht ab.


Erich Brönnimann

20 | 03 | 2022

Die Frage, die Martin stellt, gilt auch für Feuerlöschmittel. Es gibt moderne Feuerlöschmittel ohne giftige Zusatz-stoffe, leicht abbaubar. Trotzdem werden immer noch fluorhaltige (PFOS) Mittel verwendet, die zudem seit 2018 auch für die Feuerwehr verboten sind. Warum wechselt man nicht einfach?


Rédigez un commentaire :

Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :