Anguille - interdiction de pêche dans toute la Suisse !
29 | 01 | 2021 SchweizText: Nils Anderson 910376
29 | 01 | 2021 Schweiz
Text: Nils Anderson 5 10376

Anguille - interdiction de pêche dans toute la Suisse !

Au 1er janvier 2021, le degré de menace de plusieurs espèces de poissons en Suisse a été adapté. Désormais, l'anguille n'est plus considérée comme "en danger", mais comme "au bord de l'extinction" : une adaptation qui a des conséquences.


A partir du 1er janvier 2021, il ne sera plus possible de pêcher l'anguille dans toute la Suisse. Autrefois répandue dans presque toute la Suisse, l'anguille souffre depuis longtemps de gros problèmes. Ces dernières années, la situation des populations d'anguilles s'est encore aggravée et l'anguille a dû être classée comme "au bord de l'extinction" dans l'atlas national des poissons. En conséquence, l'OFEV a également mis à jour le statut de menace dans l'ordonnance relative à la loi fédérale sur la pêche. Les rivières aménagées, l'exploitation hydroélectrique, la surpêche chronique de l'anguille, en particulier au stade de la civelle sur les côtes européennes, l'empoisonnement des eaux, les prédateurs et le changement climatique ont dramatiquement réduit les populations autrefois incommensurables. Ainsi, le dernier poisson migrateur classique de renom entre la mer et l'eau douce de nos rivières est lui aussi sur le point de disparaître complètement. Il y a un peu plus d'un siècle, les saumons, truites de mer, aloses, lamproies et esturgeons remontaient nos rivières pour y frayer en grand nombre. La barricade des cours d'eau a mis fin à cette pratique. L'anguille est certes le plus vital et le plus tenace de tous les poissons migrateurs et il est difficile de la tuer, mais sa caractéristique innée de suivre le courant le plus fort lors de la dévalaison pousse l'anguille directement dans les turbines.


Pas d'anguilles dans les «captures capitales»

En conséquence du degré de menace le plus élevé d'une espèce présente en Suisse, l'anguille ne peut plus être pêchée. Toute personne qui capture malgré tout une anguille par inadvertance doit impérativement la remettre à l'eau. En conséquence, l'anguille est également supprimée de notre rubrique très appréciée "captures capitales" ; les éventuels envois de captures d'anguilles ne seront plus publiés. Le record suisse de tous les temps, un spécimen de 124 centimètres capturé dans le lac de Zurich en 1983, est maintenu et la prise record de l'année dernière de Rahim Lascandri dans le lac de Hallwil reste également mentionnée.


Petite lueur d'espoir

Quoi qu'il en soit, quelques milliers d'individus atteignent encore nos eaux chaque année et si les voies de migration redeviennent plus accessibles, un rétablissement au moins partiel n'est pas exclu. En Suisse, les centrales hydroélectriques doivent pour cela être équipées d'ici 2030, aussi bien pour la montaison que pour la dévalaison des poissons, afin qu'ils puissent mieux franchir les installations hydroélectriques. Cependant, la situation de départ est particulièrement difficile pour l'anguille, car elle ne se comporte pas de la même manière que les autres espèces de poissons face aux obstacles. Un retour aux populations d'antan devrait toutefois être exclu. Sur les côtes du nord de l'Allemagne, donc avant même la construction des premiers barrages, le nombre d'anguilles s'est effondré d'au moins 95 pour cent.

 

9 Commentaires


Hans

29 | 01 | 2021

Und wenn man den Aal am Wohlensee, Klingnau, Bodensee usw. wieder aussetzt? Dann hätte man viele Hindernisse umgangen und man könnte davon ausgehen dass sich der Aal wieder vermehren kann. In der Reuss hat es kein Kraftwerk, wenn mir richtig ist. Auch im Sarner und Lungernsee.
Man muss einfach hoffen dass der Aal dann nicht zu weit Flussabwärts wandert. Aber so könnte man den Aal Bestand wieder vergrössern.

Réponses à: Hans

Samuel

17 | 02 | 2022

https://open.spotify.com/episode/6KoUzv5BLr96WIWSH4Jtoi?si=DAn2cKPBS-6eK8Nd0g0zAw

hör dir mal diese Geschichte an, leider ist das Sexleben des Aals etwas komplizierter ;)


Phil

30 | 01 | 2021

Es ist toll zu hören, dass Fischarten geschützt werden. Ich halte diese Massnahme jedoch für überzogen. Bei uns in Baden-Württemberg hatten wir jahrelang ein Aal-Fangverbot. Schade für die örtlichen Fischer.
Auf der anderen Seite sieht man Aal-Fänge rheinabwärts in Bundesländern die kein Fangverbot haben. Am französischen Ufer darf der Aal ebenfalls gefangen werden. Was hat es dann für eine Auswirkung auf den Bestand, wenn der letzte Lebensraum auf der Aal-Reise ein Fangverbot erteilt? An der Mündung des Rhein, in den Niederlanden, in Nordrhein-Westfalen, im Saarland darf gefischt werden. Und am Schluss wo noch ein x-tel von Aalen ankommt wird alles dafür gemacht, dass dort der Kormoran noch was zu fressen findet... Muss man das verstehen?

Réponses à: Phil

Michael

06 | 06 | 2022

Das ist so nicht richtig. In den Niederlanden dürfen bereits seit 2009 keine Aale mehr entnommen werden. Petri


Christoph

01 | 03 | 2021

Es ist wie in der Coronapolitik. Jeder macht was anderes. Wobei das Fangverbot in Baden-Württemberg geholfen hat.
Der Bestand hat sich erholt.


Dominik

05 | 05 | 2021

Ich wurde lezte woche am Bodensee beim Fischen kontrolliert. Dabei sind wir auf das Thema Aal gekommen, da meinte der Kontrolleur das der Aalfang am Bodensee nicht verboten ist, da es sich um ein internationales Gewässer handelt. Stimmt dass?

Réponses à: Dominik

Nils

05 | 05 | 2021

Hallo Dominik,
das ist so. Das Aalfangverbot gilt nur in den schweizerischen Gewässern. Da der Aal in Frankreich und Deutschland nach wie vor befischt werden darf, ist die Aalfischerei in den internationalen Gewässern Léman und Bodensee nach wie vor auch auf Schweizer Seite erlaubt.

Réponses à: Nils

Andi

12 | 06 | 2021

Gilt das in diesem Fall nicht auch für den Rhein?


Eric Ermonas

11 | 05 | 2021

Die Glasaale werden in Frankreich, Spanien, Portugal noch immer von Fischern gefangen. Als Delikatesse verkauft. Illegal gefangen wird diese Delikatesse nach China und Japan sehr teuer verkauft. Unsere Behörden sind zu Feige in diesen Länder diesen Missstand anzuprangern. Mit dem Fangverbot für Sportfischer in der Schweiz, vom BAFU verfügt, wird ganz sicher nichts geschützt. Die Behördenwillkür lässt grüssen.


Rédigez un commentaire :

Publicité
Publicité
Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :