Marnage / éclusées
17 | 04 | 2017 SchweizText & Fotos: Chris Wittmann 04312
17 | 04 | 2017 Schweiz
Text & Fotos: Chris Wittmann 0 4312

Marnage / éclusées

Un autre revers de la médaille de l'exploitation hydroélectrique

Les éclusées sont aujourd'hui sur toutes les lèvres. Pourtant, le public - et les pêcheurs - ne savent pas encore très bien quelles sont les conséquences réelles de ces phénomènes.


Par exemple, l'exploitation intensive et effrénée du Rhin alpin a anéanti des populations entières de différentes espèces de poissons, rendant leur survie pratiquement impossible. Le fait est que l'utilisation de nos cours d'eau pour la production d'électricité ne rejette ni particules fines ni CO2 dans l'environnement. De plus, la ressource en eau semble éternellement disponible. Mais il y a aussi un revers à cette production d'énergie.
Seulement, celui-ci est soit dissimulé, soit minimisé, soit accepté comme un dommage collatéral inévitable lorsqu'il n'est plus possible de faire autrement.
Cette méthode impitoyable ne touche pas seulement les cours d'eau eux-mêmes, mais aussi tout le fond de la vallée. Les apports d'eau résiduelle tant vantés y sont très limités dans leur effet et presque insignifiants dans les cours principaux gravement touchés. Ces crues extrêmes quotidiennes ont un effet trop massif. La biocénose ancestrale est également éradiquée à un rythme soutenu dans les zones environnantes orientées vers les eaux souterraines et la végétation est dénaturée.


Qu'est-ce que les éclusées ?

Les éclusées se produisent lorsque l'eau n'est pas utilisée pour les besoins domestiques, mais avant tout comme bien économique. Alors que les turbines sont au repos lorsque le prix de l'électricité est bas et que l'électricité nucléaire et l'électricité au charbon sont importées comme énergie en ruban bon marché, elles tournent à plein régime dès que le prix devient rentable. C'est ainsi que se produisent les crues agressives qui se répètent quotidiennement et plusieurs fois par jour. Les crues naturelles ont un tout autre caractère : elles favorisent la vie et créent un espace vital. Comme ces événements naturels commencent généralement lentement, les organismes aquatiques peuvent s'y adapter et se réfugier dans des endroits calmes. Lorsque le niveau monte, les sédiments sont érodés et un fond de gravier frais apparaît. Les crues naturelles ne s'arrêtent pas brutalement. Lorsque le niveau baisse, l'eau s'éclaircit et le lit de la rivière est balayé par de l'eau claire.

Les crues destinées à la production d'énergie sont malheureusement totalement différentes et ne se produisent pas comme un événement bien rodé auquel la nature se serait adaptée. Si le prix de l'électricité baisse à la bourse internationale de l'électricité, les écoutilles de la centrale sont à nouveau fermées. Le niveau chute brusquement jusqu'à 10 à 15 fois. En guise de "dessert", l'effet à peine perceptible au début est que, faute de rinçage avec de l'eau propre, le fond du cours d'eau et les bancs de gravier s'envasent de plus en plus et que tous les êtres vivants qui s'y trouvent sont étouffés par la couche épaisse de sédiments.


La faune et la végétation souffrent

Le problème principal réside dans le changement soudain de l'habitat aquatique. Les jeunes poissons et les poissons moins mobiles, comme le chabot par exemple, n'ont aucune chance, surtout dans les tronçons de rivière larges et parsemés de bancs de gravier. Ici, dans ce paysage fluvial visuellement magnifique, la zone de mort peu profonde est particulièrement étendue. Les habitants de l'eau ne peuvent pas suivre le rythme de la montée et de la descente constante du niveau de l'eau. Les algues vertes et les petits organismes vitaux meurent sous l'effet de la sécheresse et des rayons du soleil. De plus, selon l'origine de l'eau turbinée, la température varie brusquement. Un facteur peu pris en compte est le refuge hivernal pour les poissons, qui est d'une importance élémentaire pour les truites de rivière indigènes pendant les mois d'hiver. De tels refuges font largement défaut en régime d'éclusées. Les poissons doivent lutter plusieurs fois par jour contre les brusques changements de courant et chercher en permanence un lieu de séjour approprié. Si la température de l'eau baisse en hiver, les poissons sont freinés dans leur alimentation et ne peuvent plus profiter correctement de la nourriture déjà peu abondante. Or, pour rester en vie, ils doivent être en mesure d'absorber suffisamment de nourriture.

C'est ainsi que les poissons sont de plus en plus décimés au fil des ans, jusqu'à ce qu'ils finissent par disparaître complètement. Actuellement, l'ensemble du Rhin alpin se trouve au stade final de cette évolution. Certaines espèces de poissons, comme le hotu, y ont déjà disparu depuis des années. D'autres espèces sont fortement menacées. Les poissons qui ne sont pas morts d'épuisement en hiver ne sont pas accueillis au printemps par une offre alimentaire abondante, mais ne trouvent qu'un lit de rivière envasé et compacté, sans aucune vie. Ils continuent ainsi à lutter contre le marnage artificiel et doivent se lancer dans les crues extrêmes de la fonte des neiges qui reviennent chaque année.

 D'innombrables petits vairons ainsi que d'autres animaux aquatiques ont suffoqué dans l'étang asséché. La faute à l'exploitation actuelle de la force hydraulique.

D'innombrables petits vairons ainsi que d'autres animaux aquatiques ont suffoqué dans l'étang asséché. La faute à l'exploitation actuelle de la force hydraulique.

 D'innombrables petits vairons ainsi que d'autres animaux aquatiques ont suffoqué dans l'étang asséché. La faute à l'exploitation actuelle de la force hydraulique.

D'innombrables petits vairons ainsi que d'autres animaux aquatiques ont suffoqué dans l'étang asséché. La faute à l'exploitation actuelle de la force hydraulique.

 Le même endroit du Rhin alpin. Le niveau et la vitesse d'écoulement augmentent et baissent avec le prix de l'électricité. Ce sont les poissons qui en paient le prix.

Le même endroit du Rhin alpin. Le niveau et la vitesse d'écoulement augmentent et baissent avec le prix de l'électricité. Ce sont les poissons qui en paient le prix.

 Le même endroit du Rhin alpin. Le niveau et la vitesse d'écoulement augmentent et baissent avec le prix de l'électricité. Ce sont les poissons qui en paient le prix.

Le même endroit du Rhin alpin. Le niveau et la vitesse d'écoulement augmentent et baissent avec le prix de l'électricité. Ce sont les poissons qui en paient le prix.

 Ce chabot n'a pas survécu, mais il n'est (malheureusement) de loin pas la seule victime de l'exploitation actuelle de l'énergie hydraulique.

Ce chabot n'a pas survécu, mais il n'est (malheureusement) de loin pas la seule victime de l'exploitation actuelle de l'énergie hydraulique.

 Ce chabot n'a pas survécu, mais il n'est (malheureusement) de loin pas la seule victime de l'exploitation actuelle de l'énergie hydraulique.

Ce chabot n'a pas survécu, mais il n'est (malheureusement) de loin pas la seule victime de l'exploitation actuelle de l'énergie hydraulique.


La forêt alluviale disparaît

L'exploitation hydroélectrique détruit également les paysages naturels et assèche également les biotopes humides devenus rares. Le débit plancher et le débit d'éclusée approfondissent à un rythme effréné le lit rectifié de la rivière. Dans les zones environnantes orientées vers les eaux souterraines, la faune et la flore sont durablement altérées. Des affluents riches en espèces s'assèchent et la forêt alluviale, adaptée au cours d'eau et extrêmement précieuse, disparaît peu à peu.


Que peut-on faire ?

Une modération des variations de niveau, telle qu'elle sera prescrite à l'avenir, pourrait éviter le pire. Comme mesure immédiate, en attendant que les bassins de compensation, les cavernes de stockage et autres deviennent réalité, la vitesse de variation du niveau et son pic doivent être atténués.

Car c'est surtout la vitesse à laquelle tout cela se déroule qui provoque une grande souffrance animale et ne peut être acceptée d'un point de vue éthique, même en tant que dommage collatéral.

Conclusion : l'utilisation de l'eau telle qu'elle est pratiquée aujourd'hui conduit à l'extinction des habitants indigènes de la rivière.

 

0 Commentaires


Pas de commentaires (Les commentaires n'apparaîtront qu'après notre approbation)


Rédigez un commentaire :

Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :