[Luc Malbois – ]Coupé du bon bois!
11 | 12 | 2020 DiversesText & Interview: Stefan Wenger | Fotos: Luc Malbois 0456
11 | 12 | 2020 Diverses
Text & Interview: Stefan Wenger | Fotos: Luc Malbois 0 456

Luc Malbois – Coupé du bon bois!

Quand est-ce que je vais où sur l'eau avec quel appât ? Certains pêcheurs préfèrent ne rien vous dire. Et il y en a même qui répandent délibérément des informations erronées. Heureusement, de temps en temps, vous rencontrez aussi des pêcheurs ouverts d'esprit. Luc Malbois, de Martigny, est l'un d'entre eux. Même si son nom suggère le contraire : Malbois est fait de ce qu'il y a de mieux.


Stefan Wenger : Comment vous êtes-vous lancé dans la pêche ?

Luc Malbois : Même quand j'étais un petit garçon qui pouvait à peine marcher, la nature me fascinait. Quand je voyais un insecte ou un lézard, je pouvais observer l'animal pendant des heures. Les premiers poissons que j'ai vus, et que je voulais bien sûr attraper, nageaient dans l'étang devant la maison de mes parents. Au bord de cette minuscule flaque, même en tant que petit morveux, j'ai essayé d'observer et de comprendre le comportement des poissons. Quand j'avais environ six ans, je suis allé pêcher plusieurs fois avec mon cousin. C'est là que le virus de la pêche m'a frappé, et il n'a pas lâché depuis.

A l'âge de 10 ans, j'ai osé mes premiers lancers avec la canne à mouche. Bien sûr, je n'ai pas eu beaucoup de succès. Et pourtant, je me suis beaucoup amusé. Comme j'étais encore trop jeune pour acheter moi-même mon permis de pêche, ma mère me l'a acheté. J'ai donc été autorisé à l'accompagner. Pendant qu'elle promenait le chien et ramassait des champignons, elle m'a mis sur le canal de Sarvaz pour pêcher.


Qu'est-ce qui vous fascine dans la pêche à la mouche ?

J'adore pêcher à la mouche avec la nymphe à vue. Vous tenez compte de la profondeur et du courant et portez une attention particulière à l'action et à la réaction des poissons. Si vous savez ce que les poissons préfèrent manger, vous réussirez particulièrement bien avec la nymphe à vue.

Après tout, la pêche à la mouche n'est pas seulement une question de technique de lancer. Si vous voulez réussir à pêcher à la mouche, il faut en savoir beaucoup. Il doit comprendre les interrelations dans la nature et connaître le comportement des insectes et des poissons. Si vous vous plongez dans ce monde mystérieux, vous vous rendrez vite compte que de nombreux facteurs influencent le succès de la pêche. Vous pouvez donc consacrer beaucoup de temps et d'énergie à la pêche à la mouche.


Où vous a mené la recherche de la truite ?

Je l'admets, j'adore chasser des trophées, c'est-à-dire des poissons vraiment gros et beaux. Pour moi, le plus grand plaisir de la pêche à la mouche est de traquer le poisson et non pas tant la prise. Pour moi, les très grosses truites sont si uniques et si belles qu'il vaut la peine de parcourir de nombreux kilomètres et d'investir beaucoup de temps pour une prise. C'est pourquoi je poursuis les grands Farios dans le monde entier. En France, en Italie, dans les Balkans, en Islande et en Nouvelle-Zélande et bien sûr en Valais.


Votre court-métrage "Jour J", qui a été présenté au festival du film de pêche à la mouche "Rise", se déroule en Islande. Quelle était la particularité de ce voyage ?

Il y a quelques années déjà, j'étais en Islande pour la première fois avec des amis. Les conditions n'étaient pas très bonnes à l'époque. Nous avons eu la chance de voir des poissons, mais nous n'avons pas pu les attraper. Cependant, nous avons réalisé ce que ce pays a à offrir aux pêcheurs à la mouche. Puis, lors de notre deuxième voyage en Islande, nous savions exactement comment et quels poissons nous voulions pêcher. Nous nous sommes donc essayés aux énormes truites du lac Thingvallavatn, dans le sud-ouest de l'île, et nous avons réussi à faire sortir quelques gros poissons - peut-être les plus beaux que j'ai pêchés jusqu'à présent. Ils ont une force incroyable. Certains poissons ont arraché de 160 à 180 mètres de notre moulinet. On pourrait croire qu'il s'agit d'un tarpon.


Cet été, vous avez attrapé un énorme marmorata en Slovénie. Pouvez-vous nous raconter cette histoire ?

Je vais en Slovénie depuis quelques années maintenant. Toujours dans le but d'attraper une grosse Marmorata. Un de mes amis, spécialiste absolu de la pêche à la mouche avec la nymphe à vue, attrape régulièrement de belles truites Marmorata. Cet été, je l'ai essayé seul. Le niveau de l'eau était bas et les températures atteignaient 35 degrés Celsius. Les conditions n'étaient pas optimales pour la pêche à la mouche sèche, mais pour la pêche à vue avec la nymphe, elles étaient parfaites.

Après des heures de recherche, j'ai découvert une magnifique Marmorata à trois mètres de profondeur, juste au-dessus du fond. Sans poids supplémentaire, il était difficile de pêcher aussi profondément avec la nymphe légère. Comme il y avait peu de courant, j'ai quand même essayé quelques lancers. Dès que la nymphe se trouvait à un mètre devant la truite, elle disparaissait sous un rocher. Elle ne voulait pas de ma nymphe.

Je suis retourné à cette grande marmorata quelques fois de plus pendant la semaine. Quand je l'ai vue, elle était presque hors de portée, tout près du sol. Ne voulant pas l'effrayer, je n'ai pas pris le risque de lui présenter mon appat, sauf si elle se nourrissait. Je l'ai donc laissée seule.

Le dernier jour, j'y suis retourné. Elle était de nouveau au fond et ne mangeait pas. Je me suis donc dit que mon aventure était terminée et que j'essaierais à nouveau l'année prochaine. Sur le chemin du retour vers le camping-car, j'ai rencontré deux gars sympas et je leur ai raconté mon histoire. Ils ont ri et ont dit : "Un ravin en haut de l'endroit où vous pêchiez, nous avons vu une marmorata qui faisait un mètre de long. Chaque nuit, nous passons devant elle et lui jetons du pain. Elle aime le pain, mais on ne peut pas l'attraper à la volée à ce niveau d'eau ! J'ai ri tout seul, en les remerciant secrètement pour ce conseil.

Avec mon imitation de la mouche à pain que j'utilise habituellement pour pêcher la carpe, je me suis approché de l’endroit mentionné. La truite étaient là. J'ai lancé la mouche à pain humidifiée dans le courant à quelques mètres devant la Marmorata et je l'ai laissée couler. Lorsque la mouche à pain se trouvait à 30 cm devant la truite, elle se levait et prendait le pain d'imitation. Je l'ai accroché et je pouvais à peine le croire. Une bataille féroce s'ensuivit jusqu'à ce que j'aie la reine de ce pool dans mon filet. Elle était magnifiquement et mesurait à peu près un mètre de long. Le poisson de mes rêves!

Certes, il existe des méthodes de pêche plus agréables. Mais l'expérience et le poisson puissant sont profondément marqués dans ma mémoire. Une marmorata sur la mouche du pain - qui l'aurait cru ! J'ai pris deux photos avant de laisser soigneusement le poisson s'échapper dans les profondeurs de la rivière.

 Le marmorata géant de Slovénie est tombé sous le charme d'un leurre inhabituel.

Le marmorata géant de Slovénie est tombé sous le charme d'un leurre inhabituel.

 Les cours d'eau libres de l'Est abritent la Marmorata et sont une destination populaire pour la pêche à la mouche.

Les cours d'eau libres de l'Est abritent la Marmorata et sont une destination populaire pour la pêche à la mouche.

 Une grosse truite du sud-ouest de l'Islande :

Une grosse truite du sud-ouest de l'Islande : "Elles ont une force incroyable", dit Luc Malbois.


Où trouver l'énergie nécessaire pour poursuivre un seul poisson pendant si longtemps ?

Je réfléchis beaucoup à mon éthique de la pêche. Je n'aime pas attraper autant de poissons que possible. Comme je remets la plupart des poissons à l'eau, je préfère en attraper moins, mais des poissons plus gros. Pour moi, plus je cherche un poisson, plus j'aime l'attraper. Et chaque poisson trophée est et reste un poisson unique et inoubliable.


Avez-vous aussi pêché des poissons aussi magnifiques en Valais ?

J'ai pêché de gros brochets et des carpes, mais je n'ai jamais pêché une truite de cette taille en Valais. Il y a deux ans, j'ai accroché un gros cristivomer (Namaycush) dans un lac de montagne en Valais. Malheureusement, ma ligne a cassé. Mais un jour, je l'aurai certainement, et peut-être un peu plus, dans mon filet.


Pourquoi documentez-vous votre pêche ?

Je veux partager mes bons moments avec les autres. Peu de gens comprennent ce que signifie réellement la pêche. Beaucoup ont une idée complètement fausse. C'est pourquoi j'essaie de donner une image de ce qu'est vraiment la pêche avec mes histoires, mes photos et mes vidéos. Je montre que cela peut créer une dépendance, que c'est passionnant, que cela demande beaucoup de préparation, de persévérance et de précision, que la pêche est un mode de vie.


Quels sont vos prochains objectifs ?

L'année prochaine, je commencerai avec des cours et du guiding pour des personnes intéressées. En Valais, dans le Jura, en Italie ou en Autriche, il y a de belles rivières à découvrir. J'organiserai également des voyages, par exemple à la grande truite d'Islande. Et je continue à rêver de magnifiques poissons. Par exemple, un cristivomer valaisan de plus de dix kilos, ou une grosse daurade, un arapaima, un Trevally géant. Je sais que la liste est longue. Mais un ami m'a dit un jour que quelqu'un de passionné est aussi patient.

 

0 Commentaires


Pas de commentaires (Les commentaires n'apparaîtront qu'après notre approbation)


Rédigez un commentaire :

Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :