La prévention, car il n'y a pas de remède !
23 | 08 | 2012 Schweiz 12543
23 | 08 | 2012 Schweiz
1 2543

La prévention, car il n'y a pas de remède !

Le parasite agressif, qui provoque des images terribles et de grandes pertes chez les ombres et les truites du Doubs, peut malheureusement se propager facilement plus loin. C'est pourquoi l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) a élaboré une brochure sur la manière de traiter cet agent pathogène dangereux. Il est disponible en téléchargement à la fin de l'article !

Des spécialistes de l'Université de Neuchâtel ont identifié l'agent pathogène qui sévit dans le Doubs. Il s'agit du parasite fongique Saprolegnia parasitica.

Il recouvre rapidement le poisson infecté d'une épaisse couche blanche. La tête et les nageoires sont les plus touchées, mais cette forme agressive pénètre souvent aussi dans le corps et y attaque les organes. Dans de nombreux cas, cela conduit à la mort du poisson.


Aucun danger pour les humains !

Ni le contact direct avec des poissons infectés ni le contact indirect avec l'agent pathogène via l'eau ne présentent de danger pour l'homme. Les poissons provenant des étendues d'eau touchées peuvent être consommés sans hésitation.

Malheureusement, il semble que l'agent pathogène se soit déjà propagé au-delà du bassin versant du Doubs : Il y a des rapports de la Sorne, de la Birse et de l'Areuse.

Il est très probable que l'agent pathogène ait pénétré dans ces eaux par le biais de l'activité humaine. Les voies de transmission possibles sont les bottes, le matériel de pêche, les chaussures de randonnée, les bateaux, les poissons d'appât, les poissons stockés, mais aussi les pneus de bicyclettes ou de voitures.

Afin d'empêcher autant que possible la propagation du dangereux parasite, des mesures de précaution accrues doivent être prises dès à présent par les pêcheurs et les autres utilisateurs de l'eau.


C'est ainsi que nous, les pêcheurs, pouvons arrêter la propagation.

  • Pêchez en aval : S'il est prévu de pêcher sur plusieurs sites le long d'un cours d'eau, le site le plus haut doit être pêché en premier, puis déplacé vers l'aval pour éviter la propagation active en amont.
  • Faites particulièrement attention aux chaussures à semelles de feutre : elles sèchent mal et présentent un risque particulier. Il en va de même pour les cordons tressés. Nous recommandons d'éviter autant que possible les semelles en feutre et les lignes tressées dans les eaux concernées.
  • Poissons-appâts : les poissons-appâts provenant d'eaux où des problèmes de champignons sont connus ne doivent pas être utilisés pour la pêche dans des eaux non affectées.
  • Pas de transfert de poissons et d'eau dans les conteneurs à poissons : tout transfert de poissons et d'eau provenant d'eaux présentant des problèmes fongiques connus vers d'autres eaux ou sections d'eaux est à éviter.
  • Séchage et désinfection : Après les sorties de pêche dans les eaux des régions touchées ou avant de se rendre dans une autre zone de captage d'eau, le matériel doit être désinfecté. Cela concerne tous les ustensiles qui entrent en contact avec l'eau ou les poissons : Canne à pêche, moulinet, lignes, appâts, bottes, cuissardes, feutre, etc.

La désinfection du matériel de pêche peut être effectuée avec de l'eau chaude et un bon séchage ultérieur ou en utilisant des produits chimiques spéciaux adaptés à cet effet. Il est décrit en détail dans le dépliant. Il peut être téléchargé ici.


 

1 Commentaires


Hans

07 | 01 | 2022

Ich finde es sehr toll????????????!!!


Rédigez un commentaire :

Publicité
Publicité
Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :