Aide au frai pour la perche
15 | 02 | 2019 SchweizText: Sarah Bischof 03445
15 | 02 | 2019 Schweiz
Text: Sarah Bischof 0 3445

Aide au frai pour la perche

Comme de nombreuses espèces de la faune piscicole suisse, la perche n'est pas menacée d'extinction. Néanmoins, la taille des populations, la croissance et le rendement ont diminué dans de nombreuses eaux suisses. Des mesures doivent être prises en conséquence.


En Suisse, la perche vit dans pratiquement tous les lacs du Plateau et des Préalpes. Il a connu son apogée dans les années 1970. Depuis lors, un déclin de la population a été observé, peut-être aussi une conséquence de la réduction très efficace des nutriments dans les stations d'épuration des eaux usées. La diminution des nutriments réduit la quantité de plancton, dont se nourrissent non seulement les petits d'Egli, mais aussi tous les poissons proies, qui à leur tour servent de nourriture aux perches adultes. 


La SFV se bat pour les habitats

"La SFV se bat pour des eaux saines qui remplissent leur fonction écologique d'habitat des poissons." Cela inclut la restauration d'habitats qui ont été réduits, par exemple, par l'utilisation de l'énergie hydraulique ou affectés par la pollution chronique de l'eau par des substances chimiques. Le changement climatique, en particulier la modification de la flore et de la faune sous-marines, est également une préoccupation pour la VCS. Depuis 2011, la révision de la loi suisse sur la protection des eaux, obtenue de haute lutte, constitue le cadre contraignant pour reconnecter les lacs, les rivières et les ruisseaux, améliorer leur diversité structurelle et atténuer les phénomènes hydroélectriques destructeurs. 


Aide au frai 

Dans les eaux suisses, la plupart des populations d'Egli fraient de mars à mai. Les femelles Egli ne construisent pas de nid pour leur progéniture. Elles pondent des bandes de frai pouvant atteindre 2 mètres de long à des profondeurs de 2 à 10 mètres, qui sont généralement fécondées par plusieurs mâles. Pour s'assurer que les 300 000 œufs ne s'enfoncent pas dans le lit mou du lac et qu'ils soient alimentés en oxygène de manière fiable, ils enroulent les bandes élastiques de frai, qui rappellent le frai des crapauds, autour des plantes aquatiques ou des branches et arbres enfoncés. Si les structures pour le frai sont rares en raison d'un manque de plantes aquatiques appropriées, cela peut affecter sensiblement une population locale.  C'est pourquoi, dans le lac de Constance et dans de nombreux autres lacs, une tradition de longue date s'est développée : les pêcheurs soutiennent l'Egli dans sa reproduction avec des sapins et des branches enfoncées.

 

0 Commentaires


Pas de commentaires (Les commentaires n'apparaîtront qu'après notre approbation)


Rédigez un commentaire :

Publicité
Publicité
Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :