Taille minimale ou fenêtre de retrait – quelle est la différence ?
26 | 10 | 2015 SchweizText: Bänz Lundsgaard-Hansen, FIBER 16341
26 | 10 | 2015 Schweiz
Text: Bänz Lundsgaard-Hansen, FIBER 1 6341

Taille minimale ou fenêtre de retrait – quelle est la différence ?

La protection des premiers géniteurs est un élément central de la gestion des pêches et, par conséquent, les pêches à la ligne sont traditionnellement réglementées par des tailles minimales. Depuis un certain temps, nous entendons de plus en plus parler de ce que l'on appelle les fenêtres de prise, et dans certaines eaux, elles sont déjà appliquées. Outre les reproducteurs de première génération, les fenêtres de retrait protègent également les poissons particulièrement gros contre les prélèvements. Mais pourquoi est-il judicieux de protéger les gros poissons, et comment les tailles minimales et les fenêtres de retrait influencent-elles les stocks de poissons ?


Si la pression de pêche dans un plan d'eau est élevée et que les premiers géniteurs sont protégés par des tailles minimales, les poissons de grande taille sont plus rares que dans les eaux qui ne sont pas pêchées (voir le diagramme "Distribution des tailles"). Mais ce sont précisément ces grands poissons qui jouent un rôle important dans le recrutement des jeunes : les grandes mères produisent plus d'œufs que leurs congénères plus jeunes et mettent plus de réserves de jaune dans leurs œufs. Ces réserves aident la progéniture à survivre à la première phase critique de la vie après l'éclosion. Souvent, les gros poissons ne fraient pas exactement aux mêmes endroits et aux mêmes moments que les petits poissons. Chez de nombreuses espèces de poissons, par exemple, les plus gros ont tendance à frayer plus tôt que les plus petits. Ainsi, l'activité de frai dans les eaux où se trouvent des géniteurs de toutes tailles s'étale sur une plus longue période de temps. Une période de frai prolongée peut être avantageuse dans un environnement imprévisible. Par exemple, cela augmente les chances que certains des alevins éclos aient épuisé le sac vitellin et commencent à se nourrir activement au moment précis où la nourriture est également abondante. Cela illustre également la raison pour laquelle l'écloserie ne devrait pas travailler uniquement avec les gros poissons de manière ciblée, malgré la valeur des capitaux pour le maintien des stocks naturels. Ce n'est que si les parents sont choisis au hasard dans le couvoir que la diversité intraspécifique, qui est si importante comme protection contre les conditions environnementales fluctuantes, peut être maintenue.


Fenêtre de retrait du modèle : moins de biomasse retirée - plus de captures

Il y a donc de bonnes raisons biologiques de protéger non seulement les très petits poissons, mais aussi les très gros reproducteurs, contre les prélèvements. C'est précisément là qu'interviennent les fenêtres dites de retrait. Outre les tailles minimales, les fenêtres de retrait fixent également une taille maximale, et les poissons plus gros doivent être remis en place. 

Des biologistes de la pêche dirigés par Robert Arlinghaus (IGB et Université Humboldt de Berlin) ont récemment utilisé un modèle mathématique pour étudier les effets de la réglementation de la pêche à la ligne par des fenêtres de retrait sur les stocks de poissons et la pêche à la ligne : Comme les gros poissons doivent être remis en place, les fenêtres d'enlèvement conduisent à un stock de poissons capitaux plus élevé dans le plan d'eau par rapport aux masses minimales. Avec les tailles minimales, il y a moins de gros poissons, mais ils peuvent être pris après la capture. Le rendement, mesuré par le poids total des poissons capturés, est donc plus élevé avec une taille minimale. Avec les fenêtres de retrait, en revanche, le nombre de poissons pouvant être retirés augmente. Comme les gros poissons sont remis à l'eau, il y a toujours suffisamment de géniteurs pour assurer la descendance. En théorie, donc, une taille minimale maximise le poids de la capture totale, tandis qu'une fenêtre de retrait maximise le nombre de poissons retirés. Selon le modèle, ces résultats s'appliquent à toutes les espèces de poissons étudiées, quelle que soit leur biologie (brochet, perche, truite et sandre, entre autres, ont été étudiés). 

Les fenêtres de suppression réduisent vraisemblablement aussi le risque de changements évolutifs non désirés. Si, sur une longue période, les poissons à croissance rapide (et plus gros) sont toujours pris un peu plus fréquemment que leurs congénères à croissance plus lente, la pêche favorise une croissance plus lente ou l'atteinte plus précoce de la maturité sexuelle. Ce phénomène est très répandu et est appelé dans le jargon technique "évolution induite par la pêche". Si les gros poissons sont également protégés de l'enlèvement, cet effet est susceptible d'être quelque peu atténué car l'enlèvement global devient moins sélectif. Cela peut également permettre aux poissons de s'adapter plus facilement aux pressions de sélection qui prévalent naturellement. 


Pression de pêche, mortalité par hameçon, bien-être des animaux

Dans le modèle, il est apparu que les fenêtres de retrait fonctionnent particulièrement bien lorsque la pression de pêche est élevée. Cependant, si la pression de pêche, et donc le prélèvement de poissons, devient trop importante, au fil du temps, le nombre de poissons capturés est inférieur à la production réelle d'un plan d'eau, indépendamment de la fenêtre de prélèvement ou de la taille minimale. Dans ce cas, les auteurs de l'étude recommandent d'introduire des réglementations de protection supplémentaires, telles que des limites de capture plus strictes ou davantage de zones de protection de la pêche. Il ne s'agit pas d'affaiblir la pêche, mais de faire en sorte que le plan d'eau produise davantage à moyen terme et que la pêche à la ligne redevienne plus productive. 

En outre, le modèle a montré que les fenêtres de retrait et les tailles minimales n'atteignent leurs objectifs (protection des géniteurs) que dans une mesure limitée si la mortalité des poissons relâchés est élevée. Les chances de succès des fenêtres d'enlèvement ne sont donc pas les mêmes pour toutes les techniques de pêche.

Pour s'assurer que les fenêtres de retrait ne soient pas interprétées à tort comme de la pêche avec remise à l'eau et n'entrent pas en conflit avec la législation sur le bien-être des animaux, un dialogue ouvert entre la pêche et le bien-être des animaux est important. Nous, les pêcheurs, pouvons apporter notre contribution en respectant toujours les directives relatives à la manipulation douce des poissons, qui sont résumées dans la "Vollzugshilfe Angelfischerei" de la Confédération.   


Du modèle à la pratique

Une taille minimale doit toujours être choisie afin que tous les poissons puissent frayer au moins une fois. La maturité sexuelle n'est pas atteinte dans toutes les eaux à la même taille : une truite de l'Aar bernoise n'atteint la maturité de frai qu'à partir de 30 cm de long, alors que dans un ruisseau de montagne, elle peut atteindre la maturité à une longueur inférieure à 20 cm. Comme pour la fixation de la taille minimale, il n'existe pas de chiffre généralement valable pour la taille maximale qui puisse être appliquée à une espèce, quel que soit le plan d'eau. En règle générale, une taille maximale correspondant aux deux tiers de la taille maximale d'un poisson atteint dans l'eau est recommandée pour une pression de pêche modérée. Si la pression de pêche est élevée, il est recommandé de fixer la taille maximale à la moitié de la taille maximale atteinte dans le plan d'eau (voir tableau "Masse de prélèvement possible").

En Suisse, la pêche n'est réglementée que dans quelques eaux au moyen de fenêtres de retrait, et l'on manque encore largement d'expérience pour savoir quelles espèces et dans quelles conditions halieutiques et biologiques les fenêtres de retrait s'avèrent efficaces dans la pratique. Les eaux où les fenêtres de retrait sont nouvellement introduites nous offrent la possibilité d'acquérir une telle expérience. Ils doivent donc être considérés comme des expériences scientifiques et accompagnés d'enquêtes régulières sur la population et d'entretiens avec les pêcheurs.


Cet article est basé sur une étude de Daniel Gwinn, Robert Arlinghaus et leurs collègues publiée dans la revue Fish and Fisheries.

1 Commentaires


D

11 | 05 | 2021

Super Bericht! Da mir die Fischerei sehr am Herzen liegt habe ich mir schon Schonfenster gemacht. Ich entnehme kleinere und fast mittelgrosse Eglis und Hechte, die mittleren und grossen Exemplare dürfen ihre Gene weitergeben und für ordentlich Nachwuchs sorgen. Ich hoffe dass die Kantone bald Schonfenster einführen für eine noch nachhaltigere Fischerei.


Rédigez un commentaire :

Publicité
Publicité
Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :